Opinion: l’Occident reste aveugle à la stratégie chinoise de rachat des techs

Opinion: l’Occident reste aveugle à la stratégie chinoise de rachat des techs
Technologies |
On peut difficilement blâmer la Chine. Si les intérêts chinois valorisent les entreprises technologiques occidentales plus que ne le fait le capital occidental, alors un marché véritablement libre permettra à la Chine de les acheter.
Par Wisse Hettinga

Partager:

Mais très peu de marchés sont totalement libres. Toute initiative chinoise sur une entreprise américaine de semiconducteurs de premier plan serait presque toujours empêchée. En 2015, l’offre de la Chine pour lancer son entrée dans les composants de mémoire a été immédiatement bloquée (voir  China bids $23 billion for Micron la Chine offre 23 milliards de dollars pour Micron). Mais des entreprises plus petites et des bases technologiques légèrement plus obscures continuent d’être acquises parce que la Chine valorise la technologie et, par implication, l’Occident ne le fait pas.

Les événements entourant Magnachip en Corée du Sud et ailleurs suggèrent-ils que les intérêts occidentaux commencent à apprécier les entreprises technologiques et à les valoriser davantage (voir  Magnachip in play with last minute rival bid) ? Alors que les grandes sociétés occidentales telles que les constructeurs automobiles doivent arrêter des usines à plusieurs reprises en raison d’un manque de composants, les politiciens commencent à considérer presque tout ce qui concerne les semiconducteurs et les technologies de l’information comme « stratégique ».

La société sud-coréenne Magnachip était prête à se vendre – effectivement – ​​à Wise Road Capital, un gestionnaire de fonds d’actions mondial basé à Pékin, mais à la dernière minute, des choses se sont produites qui pourraient bloquer l’accord. L’accord de 1,4 milliard de dollars était en fait conclu avec South Dearborn Ltd., une société constituée aux îles Caïmans, et Michigan Merger Sub, une société du Delaware, qui sont tous deux des véhicules d’investissement établis par Wise Road Capital et ses partenaires.

L’accord devait se dérouler sans heurts, mais il y a cinq jours, le gouvernement sud-coréen a reclassé la technologie de driver d’affichage OLED de Magnachips comme « technologie de base nationale », selon un rapport de Business Korea. Une fusion et acquisition transfrontalière d’une entreprise sud-coréenne avec une technologie de base nationale nécessite l’approbation du gouvernement. Selon certaines informations, le gouvernement sud-coréen envisage d’engager des procédures « bientôt ». Le rapport poursuit en disant que le Comité sur l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS) a commencé son propre examen de l’accord entre Magnachip et Wise Road le mois dernier. Tout accord nécessitera désormais l’approbation du CFIUS et de la Corée du Sud.

 

à suivre: une surenchère


Et puis tout à coup, il y a une offre de surenchère pour Magnachip qui augmentet la valeur de la société à 1,66 milliard de dollars. Aujourd’hui, bien que la dernière offre non sollicitée vienne de Londres via Cornucopia Investment Partners, elle représente principalement des intérêts axés sur la Chine sous la forme de Yango Financial Holdings, Sino-Rock Investment Management Company et Lombarda China Fund. Mais cette offre intervient juste deux jours avant que l’accord précédent ne soit signé.

Le temps nécessaire pour examiner l’offre alternative peut encore donner aux intérêts en Corée du Sud, aux États-Unis ou même en Europe l’occasion de déterminer si ile peuvent être intéressés par de la technologie et de la capacité de fabrication au milieu de ce qui est susceptible d’être une pénurie de semiconducteur qui va durer deux ans.

Bien sûr, il existe de nombreux exemples d’acquisitions et d’influence chinoises. Et dans le cas des petites entreprises, bon nombre de ces acquisitions sont passées sous le radar des autorités de la concurrence et des marchés parce que bon nombre de ces petits acheteurs ne modifient pas – à eux seuls – radicalement le marché.

Voici quelques exemples.

En 2015, la Chine a pris le contrôle d’OmniVision Technologies, le troisième fournisseur mondial de capteurs d’images CMOS, pour environ 2 milliards de dollars. L’accord n’a pas été bloqué par les organismes de réglementation américains et personne d’autre n’a pensé à faire une contre-offre (voir OmniVision shareholders approve Seagull takeover les actionnaires d’OmniVision approuvent le rachat par Seagull).

En 2016, NXP Semiconductor NV (Eindhoven, Pays-Bas) a accepté de vendre son unité commerciale de produits standard à un consortium chinois comprenant Beijing Jianguang Asset Management Co. Ltd. (JAC Capital) et Wise Road Capital Ltd. pour environ 2,75 milliards de dollars (voir NXP downsizes by 25% with sale of business unit to China NXP rétrécit de 25 % avec la vente d’une business unit à la Chine). Il en est résulté, Nexperia, qui continue d’avoir son siège à Nimègue, mais appartient maintenant à des Chinois.

En 2017, le concédant britannique de licence IP de de processeurs Imagination Technologies a accepté de vendre son activité de processeur MIPS à Tallwood Venture Capital (Palo Alto, Californie), puis de vendre le reste à Canyon Bridge Capital Partners LLC, une société de capital-risque qui gère des fonds. fourni par la Chine (voir Imagination, MIPS to be sold to China-, California-connected VCs Imagination, MIPS vendus à des VC connectés à la Chine et à la Californie). Au moment de la transaction, la société avait son siège à Palo Alto, en Californie, mais elle a ensuite déménagé son domicile aux îles Caïmans. Désormais, son site Web répertorie simplement son emplacement principal en tant que China World Office à Pékin, en Chine.

à suivre: sous la menace


Il y a beaucoup d’autres exemples qui ont été conclus et de nombreux cas potentiels qui pourraient encore se produire.

L’un d’eux pourrait être la Newport Wafer Fab au Royaume-Uni, une usine de fabrication de plaquettes capable de traiter des semiconducteurs composés, notamment du GaN sur silicium sur des plaquettes de 200 mm de diamètre à un volume élevé (voir Newport Wafer Fab under threat of Chinese takeover Newport Wafer Fab sous la menace d’un rachat chinois). Newport Wafer Fab aurait subi des pressions en raison des termes d’un accord d’approvisionnement à long terme avec Nexperia. En conséquence, Nexperia a saisi l’opportunité en mars 2021 de nommer deux administrateurs, ce qui pourrait clairement faire une différence pour l’orientation future de l’entreprise. Nous comprenons que la société a même écrit au Department of Business Energy and Industrial Strategy pour demander une protection contre une prise de contrôle qui a été refusée sous prétexte que cela relève du gouvernement gallois.

 

La Newport Wafer Fab est, bien sûr, au cœur du cluster de semiconducteurs composés du sud du Pays de Galles sur lequel le Royaume-Uni et le gouvernement gallois ont dépensé des dizaines de millions de livres pour tenter d’amorcer la pompe d’un effort technologique national. Newport pourrait même avoir un client local prêt sous la forme de Plessey Semiconductors Ltd. à Plymouth, en Angleterre (voir Facebook, not Apple, gets Plessey’s microLEDs Facebook, et non Apple, obtient les microLED de Plessey).

Cela rend doublement étrange que le gouvernement britannique ne considère pas que le projet de rachat forcé de Newport Wafer Fab par une entreprise chinoise pourrait faire l’objet d’un examen pour des raisons de sécurité nationale. Sans cela, il est fort possible que les technologies issues de la recherche et développement dans le sud du Pays de Galles finissent par créer des emplois en Chine.

Peut-être que la capacité du Royaume-Uni à traiter des tranches de 200 mm dans les domaines de l’énergie et de la photonique devrait être classée comme une « technologie de base nationale » pour obliger un examen de la sécurité nationale. Peut-être que le CFIUS fait déjà son évaluation et que le président Biden a eu un mot à l’oreille de Boris Johnson alors qu’ils étaient ensemble à Cornwall lors de la conférence du G7 : mais probablement pas.

Et de toute façon les mots sont bon marché. En fin de compte, le Royaume-Uni et l’Occident doivent valoriser la technologie des semiconducteurs de manière plus élevée, plus cohérente et à tous les niveaux, comme le fait la Chine. Si l’Occident ne le fait pas, les conséquences sont claires.

Lire aussi:

La chine met la main sur MIPS via Samoa

Imagination Technologies et ses IP GPU pris dans le piège chinois

Opinion: Les ennuis d’ARM en Chine étaient prévisibles

Related links and articles:

Business Korea article

China bids $23 billion for Micron

Magnachip back in play with last minute rival bid

OmniVision shareholders approve Seagull takeover

NXP downsizes by 25% with sale of business unit to China

Imagination, MIPS to be sold to China-, California-connected VCs

UK government helps NWF develop GaN foundry process

Newport Wafer Fab under threat of Chinese takeover

Facebook, not Apple, gets Plessey’s microLEDs

Linked Articles
Electronique-ECI
10s