MENU


La secrétaire américaine au Commerce, Gina Raimondo, a réaffirmé que les États-Unis imposeraient à la Chine le respect des sanctions concernant  les puces électroniques à l’encontre de la Russie, selon Bloomberg.

« Je ne vais pas prétendre que ce ne sera pas difficile. Nous n’avons jamais rien fait de tel. Mais nous avons un plan et nous sommes sérieux à ce sujet », a déclaré à Bloomberg Raimondo lors d’une interview à la Maison Blanche le mercredi 9 mars.

L’exportation de produits électroniques US vers la Russie interdite

Les États-Unis avaient précédemment indiqué qu’ils s’attendaient à ce que les entreprises chinoises se conforment aux sanctions technologiques visant la Russie (voir rapport : Report: US expects Chinese firms to uphold Russian tech sanctions).

Cependant, le gouvernement chinois s’oppose à l’utilisation de sanctions et s’attend à une coopération commerciale normale avec la Russie. En effet, la vente d’une large gamme de composants grand public à la Russie pourrait donner un petit coup de pouce à l’industrie chinoise des semiconducteurs. Les sanctions qui ne sont pas largement soutenues ont tendance à être inefficaces.

Aucune preuve de contournement des sanctions

Raimondo avait précédemment déclaré que les États-Unis avaient la capacité de faire fermer les fabricants de puces chinois – tels que Semiconductor Manufacturing International Corp. (SMIC) – s’ils ne se conformaient pas aux sanctions américaines.

SMIC figure lui-même sur une liste d’entités américaines qui l’empêche d’avoir accès à des équipements de lithographie aux ultraviolets extrêmes. La société fonctionne toujours sur la base d’équipements et de logiciels de fabrication américains. SMIC est le premier fabricant de puces chinois et pourrait hésiter à encourir de nouvelles sanctions de la part des États-Unis qui pourraient affecter sa capacité de production à moyen terme.

« Il n’y a aucune preuve que SMIC ou une entreprise chinoise en particulier envisage de recourir à un tour de passe-passe pour éviter les sanctions. Mais ce que j’essaie de dire, c’est : nous sommes sérieux à ce sujet. Nous allons appliquer cela et nous avons des moyens de l’appliquer, même à l’encontre de pays comme la Chine qui n’acceptent pas nos contrôles à l’exportation », a dit Raimondo selon Bloomberg .

Raimondo a déclaré que le gouvernement américain continue d’examiner sa politique de contrôle des exportations vis-à-vis de la Chine et qu’il serait prêt à  » augmenter les restrictions » si nécessaire, selon le rapport.

 

Autres articles:

Les fabricants de puces se retirent de Russie

Opinion: Chip sanctions against Russia could boost China

US export controls aimed at Russia gain support


Share:

Linked Articles
Electronique-ECI
10s