MENU

Le manque de puces continue à ralentir l’industrie automobile

Actualités économiques |
Par Wisse Hettinga

Les marques généralistes du groupe Volkswagen – Seat, Skoda et Volkswagen – ont été particulièrement touchées. Ici, la production en termes d’unités a chuté de 26 pour cent par rapport à la même période de l’année précédente ; sur le plan opérationnel, le groupe a glissé dans le rouge au cours du trimestre sous revue. Les puces des systèmes électroniques des véhicules n’ayant pas pu être livrées, les entreprises ont dû stocker temporairement de nombreux véhicules inachevés. Il en va de même pour les cellules de batterie et autres matières premières et auxiliaires qui ont été livrées mais n’ont pas pu être installées. Leur stockage intermédiaire a entraîné des coûts considérables, de sorte que Volkswagen a glissé dans le rouge sur le plan opérationnel au cours de la période de référence. « La pénurie de semiconducteurs n’a plus pu être compensée au troisième trimestre en raison de pertes de production massives », a déclaré Alexander Seitz, directeur financier de la marque Volkswagen.

Apparemment, il y a eu des changements massifs de composants semiconducteurs au sein du groupe depuis les généralistes jusqu’aux marques premium Audi et Porsche. Ces deux marques ont nettement moins souffert de la pénurie d’approvisionnement et sont restées rentables voire ont augmenté leur rentabilité ; leurs revenus ont plus que compensé les pertes des marques généralistes dans leur ensemble. Mais la pénurie de puces reste un problème majeur pour le constructeur. « Le goulot d’étranglement des semiconducteurs au troisième trimestre nous a clairement montré que nous ne sommes pas encore assez résistants », cite le journal économique Handelsblatt, citant le directeur financier du groupe Arno Antlitz.

La crise des puces a également marqué les chiffres trimestriels publiés au même moment par Stellantis, la maison mère de (entre autres) Fiat, Jeep, Opel/Vauxhall et PSA. Les livraisons du groupe ont globalement baissé de 27% par rapport au troisième trimestre 2020. Environ 600 000 véhicules n’ont pas pu être construits faute de semiconducteurs livrés. Le chiffre d’affaires a baissé de 14% à 32,6 milliards d’euros. Ici aussi, les puces livrées ont été installées de préférence dans les modèles à plus forte marge ; le chiffre d’affaires a donc diminué moins fortement que le chiffre de ventes.

En août, le directeur financier de Stellanti, Richard Palmer, avait estimé la perte de production à 1,4 million de véhicules pour l’ensemble de l’année ; maintenant il a révisé cette estimation. Le déficit global de production cette année sera plus élevé que prévu en août, a-t-il déclaré. Stellantis souhaite maintenir son objectif de rendement des ventes d’environ 10 % pour l’ensemble de l’année – mais seulement si les goulets d’étranglement dans l’approvisionnement en semiconducteurs ne s’aggravent pas.

Volkswagen ne s’attend à aucune amélioration, du moins à court terme. Dans un communiqué de presse, le constructeur automobile a annoncé qu’il s’attend à ce que les goulots d’étranglement pour les semiconducteurs se poursuivent au-delà de 2021. Le spectre de suppressions d’emplois circule déjà – on parle de 30 000 emplois en jeu chez Volkswagen.

 

Autres articles liés

Rolf Segger explique les pénuries de composants

Pourquoi la pénurie de semiconducteurs s’aggrave


 


Share:

Linked Articles
Electronique-ECI
10s