GM veut acheter ses semiconducteurs directement

27 septembre 2021 // Par A Delapalisse
GM veut acheter ses semiconducteurs directement
General Motors prévoit de changer radicalement sa chaîne d'approvisionnement pour ses semiconducteurs en raison des pénuries actuelles, mais pourrait bien accumuler des problèmes pour l'avenir.

Plutôt que de s'appuyer sur des fournisseurs de premier rang, notamment Magna et Mitsubishi Electric pour GM, ainsi que Renesas Electronics et Analog Devices, la société prévoit désormais d'acheter directement auprès de fournisseurs de semiconducteurs, a déclaré la PDG Mary Barra.

Le gouvernement américain a donné cette semaine à l'industrie 45 jours pour identifier les problèmes de chaîne d'approvisionnement et être plus transparent.

Au début de la pandémie, les constructeurs automobiles ont fermé leurs usines et annulé les commandes auprès des fournisseurs, qui ont par conséquent annulé les commandes auprès des fournisseurs de semiconducteurs et des fonderies plutôt que de constituer des stocks dans la chaîne d'approvisionnement. L'incendie d'une usine de Renesas (fournisseur de GM) au début de l'année 2021 aura également contribué aux problèmes de GM.

Lorsque les affaires ont repris, il afallu un délai de 12 mois aux fonderies pour répondre. Les constructeurs automobiles auront vu comment le pouvoir d'achat d'entreprises telles qu'Apple et Intel leur a assuré la livraison des puces des fonderies, en particulier pour les technologies de process de pointe, et ils veulent avoir davantage leur mot à dire sur l'allocation de capacité pour leurs propres puces.

Intel a très clairement souligné l'importance des semiconducteurs pour les constructeurs automobiles lors de l'exposition IAA en soulignant que 30% du coût d'un véhicule proviendrait des semiconducteurs à l'avenir. Le cabinet de conseil américain Alix Partners prévoit que la pénurie de puces coûtera 210 milliards de dollars à l'industrie automobile cette année, avec 7,7 millions de voitures en moins, soit le double des prévisions initiales.

"Le tonneau est vide, il n'y a plus rien à gratter", a déclaré à Bloomberg Dan Hearsch, directeur général de la branche automobile et industrielle d'AlixPartners. « À l'avenir, les ventes en souffriront. Les ventes n'avaient pas souffert car il y avait suffisamment de stocks à exploiter. Il n'est plus là. Les constructeurs automobiles doivent encore fermer des usines faute de puces. Alors clairement, ils sentent qu'ils doivent faire quelque chose,

"Nous allons effectuer des changements assez importants dans notre chaîne d'approvisionnement", a déclaré Mary Barra, PDG de GM dans une interview cette semaine. "Nous travaillons déjà beaucoup plus profondément dans la base d'approvisionnement, car généralement General Motors n'achète pas de puces mais (nos fournisseurs le font). Mais maintenant, nous établissons des relations directes avec les fabricants."

"Alors que les besoins des clients évoluent, nous avons besoin de plus en plus de semiconducteurs", a-t-elle déclaré, affirmant que GM recherchait des solutions à court, moyen et long terme à la pénurie. Les trois principaux constructeurs automobiles américains (GM, Ford et Stellantis) et plusieurs sociétés de puces américaines, dont Intel et Micron, se sont réunis hier à la Maison Blanche lors d'une réunion convoquée par la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo et le directeur du Conseil économique national Brian Deese.

Cette réunion portait spécifiquement sur la communication et la confiance tout au long de la chaîne d'approvisionnement et sur l'amélioration des pratiques de la chaîne d'approvisionnement des utilisateurs de puces. Le groupe a 45 jours pour fournir des informations de toutes les parties de la chaîne d'approvisionnement - producteurs, consommateurs et intermédiaires - sur les stocks, la demande et la dynamique de livraison. L'objectif est de comprendre et de quantifier où peuvent exister des goulots d'étranglement.

Le département américain du Commerce et le département d'État collaborent également désormais pour gérer un système d'alerte précoce afin de gérer de manière proactive les perturbations potentielles de la chaîne d'approvisionnement des semiconducteurs liées aux développements de la santé publique chez les principaux partenaires commerciaux, notamment Taïwan.

Cependant, la solution que GM veut mettre en place peut aggraver les choses. Perturber la relation avec les fournisseurs de niveau 1 réduira leur pouvoir d'achat et leur influence auprès des fournisseurs de puces. Il existe également un risque très réel et très important de surcorrection. Avec toutes les commandes à rattraper et davantage de capacité en ligne, l'industrie des semiconducteurs se dirige vers une surcapacité en 2023 et un effondrement du prix de vente moyen des puces.

Bien que cela puisse être un bonus pour les constructeurs automobiles, cela poussera certains fournisseurs de semiconducteurs dos au mur et entraînera une consolidation supplémentaire dans l'industrie dans la poursuite du cycle des semiconducteurs. Le service de fonderie d'Intel peut offrir plus de stabilité, et GM aura sans aucun doute des discussions sur la façon dont il peut travailler avec les concepteurs de puces pour assurer un approvisionnement à long terme.

Mais la leçon à tirer de la pénurie de puces est claire. Des partenariats stratégiques à long terme, où les commandes ne sont pas annulées dans la panique, sont la voie à suivre. Cela signifiera plus de constitution de stocks dans les moments difficiles, et le coût de détention de ces stocks sera un élément clé de la restructuration de la chaîne d'approvisionnement automobile.

Lire aussi:

NXP et TSMC coopèrent sur un process 5nm automobile

TSMC va investir $100 milliards sur 3 ans pour augmenter ses capacités

  • Other articles on eeNews Europe

Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.