MENU

Marc Biron PDG de Melexis: Le Chips Act européen est une opportunité clé

Actualité générale |
Par A Delapalisse, Nick Flaherty


 

Le fabricant belge de puces fabless Melexis a été au cœur de la pénurie de puces et ne voit aucun signe d’amélioration.

 « D’un point de vue éducatif, les semiconducteurs sont le nouvel or », a déclaré Marc Biron, PDG de Melexis à ECI News et eeNews Europe. « Votre voiture, votre PC, votre téléphone, votre PS5, ce sont tous des équipements fantastiques grâce aux semiconducteurs qui les équipent. Maintenant, avec la pénurie de puces et le CHIPS Act, les semiconducteurs sont beaucoup plus à l’honneur. Il est donc important de recréer un écosystème en Europe car il est actuellement très faible. »

L’entreprise réalise la grande majorité de ses activités dans l’automobile, avec des capteurs à effet Hall et de temps de vol construits par la fonderie européenne X-Fab, et la pénurie a entraîné des changements importants dans son activité. « Nous avons été impliqués dans la pénurie de semiconducteurs et l’inadéquation entre l’offre et la demande. Nous avons eu des discussions avec les fournisseurs et les clients pour faire correspondre autant que possible la demande et l’offre et répartir de la meilleure façon possible », a déclaré Marc Biron qui a succédé en août 2021 à Françoise Chombar, désormais présidente.

 

La société a réalisé un chiffre d’affaires de 219 millions d’euros (219 millions de dollars) au dernier trimestre, en hausse de 5 % par rapport au trimestre précédent et de 35 % par rapport à l’année précédente.  Elle s’attend à un chiffre d’affaires d’environ 220 millions d’euros au quatrième trimestre, soit une croissance d’environ 29 % pour l’ensemble de l’année.

« Les ventes du troisième trimestre 2022 se sont situées dans le haut des prévisions, déclenchant une nouvelle augmentation des prévisions sur l’ensemble de l’année. Pour une partie importante de nos produits, en particulier les produits tournés vers l’avenir et innovants destinés aux nouvelles plates-formes automobiles, nous observons une croissance continue et forte, et la demande dépasse toujours l’offre. »

Pénuries de puces

Les pénuries ont été un défi pour l’entreprise. « C’était très intéressant car nous avons eu des contacts avec des équipementiers avec lesquels nous n’avions jamais eu de contact auparavant et je pense que nous allons nous appuyer sur cela. Par ailleurs la grande majorité des clients ont reconnu que Melexis a fait de son mieux pour résoudre le problème car nous avons eu une communication très ouverte avec tout le monde », a déclaré Marc Biron.

« Aujourd’hui, la répartition est 90/10 automobile et passe à 80/20, mais il est difficile d’augmenter l’activité non automobile car nous devons allouer les wafers aux clients automobiles. Nous ne parlons donc pas de création d’activité mais de gérer la pénurie, mais je crois vraiment que dans les prochains mois, nous reviendrons à la création de demande. Toutes nos applications innovantes sont toujours en allocation avec une inadéquation entre la demande et l’offre – nous ne voyons pas la fin de cette inadéquation pour ces produits », a-t-il déclaré.

Au troisième trimestre, les gammes de produits les plus performantes ont été les capteurs de courant et les drivers, régulièrement stimulés par la forte demande pour les applications utilisées dans les véhicules électriques. De plus, les produits d’éclairage ambiant continuent de prospérer dans les applications de confort automobile.

« Le troisième trimestre, le quatrième trimestre et le début de l’année prochaine sont dans le même mode et nous sommes en discussion pour 2023 où le décalage  l’offre et la demande est toujours élevé sur le radar. Nous devons travailler avec l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, il ne s’agit pas seulement des wafers, c’est aussi le packaging, l’assemblage, la capacité de test de Melexis, nous devons travailler sur tous ces aspects », a-t-il déclaré. « Nous devons augmenter la capacité de test de Melexis avec de nouveaux équipements et le délai de livraison de ces équipements est assez long. La Fab de Corbeilles est un goulot d’étranglement, mais il y a d’autres éléments dans la chaîne d’approvisionnement et nous y travaillons tous les jours ».

Melexis utilise l’usine X-Fab de Corbeilles avec des technologies de procédé SOI et CMOS 0,35 um et 0,18 um. Le dernier processus XT18 est en cours de transfert à Corbeilles, ce qui a débuté cette année et se poursuivra pour les nouveaux produits et SOI en 2023. Pour les produits plus traditionnels, Melexis constate une stabilisation. L’augmentation de la capacité et la baisse de la demande pour certaines applications l’ont amenés à équilibrer l’offre et la demande au cours des deux derniers mois.

La Chine ?

La Chine est un marché important pour l’entreprise, avec la Corée et l’Asie, mais n’est pas affectée par la chaîne d’approvisionnement ou les problèmes commerciaux. « Du point de vue de la chaîne d’approvisionnement pure, Melexis est presque à l’abri car nous n’utilisons pas de fournisseurs chinois, la grande majorité de l’assemblage n’est pas en Chine, et tous nos tests ne sont pas en Chine, nous n’avons donc pas été affectés » explique Marc Biron. « Nous avons une équipe de création d’activités en Chine et nous avons adapté notre façon de travailler, lié au Covid. Nous nous en sortons bien, nous sommes toujours en mesure de générer de nombreuses nouvelles opportunités et de remporter des gains de conception. Ce qui est important, c’est que la Chine est en tête du peloton en matière d’électrification avec plus d’électronique dans les véhicules, donc cette activité est importante. »

« Pour les restrictions américaines, les objectifs principaux sont les communications militaires et la 5G ainsi que l’IA et ce ne sont pas nos objectifs, l’automobile n’est pas affectée par ces restrictions. Mais pour certains clients et certains produits spécifiques, nous avons dû demander une licence d’exportation et nous l’avons reçue pour au moins trois produits différents. » confirme Marc Biron.

EU CHIPS Act (Loi sur les puces de l’UE)

Le Chips Act en cours d’examen au Parlement européen est une opportunité clé, mettant en avant les mêmes domaines que Silicon Europe. « En général, nous nous en félicitons car il est vraiment important de mettre les semiconducteurs à l’honneur en Europe », a-t-il déclaré. « Je dirais qu’il y a trois piliers dans le Chips Act. Il y a l’investissement dans la capacité de fabrication et nous sommes fabless, mais nous bénéficierons d’une capacité accrue si cela est pertinent pour Melexis. Demain nous travaillerons sur du 0.11 um et dans quelques années ce sera du 90 nm et peut-être du 50 nm. Si les nouveaux nœuds sont autour de ces nœuds, Melexis en bénéficiera, plutôt que des fabs 2 nm. Le deuxième pilier est l’investissement de démarrage, en particulier pour l’assemblage et le packaging hétérogène et les lignes pilotes. Ce serait bénéfique car aujourd’hui cela se fait en Malaisie et si nous pouvions être plus proches de l’équipe de développement, nous serions beaucoup plus efficaces et probablement plus innovants. Le troisième pilier est l’éducation. C’est extrêmement important, il y a un manque de talents en général et surtout avec une formation en semiconducteurs car les semiconducteurs ont disparu du système éducatif et j’espère que la loi CHIPS aidera à créer un écosystème autour de l’éducation. »

 

www.melexis.com


Share:

Linked Articles
10s