MENU

L’accord avec ST ne protégera pas Huawei mais pourrait aider

L’accord avec ST ne protégera pas Huawei mais pourrait aider

Actualités économiques |
Par Andre Rousselot



Le partenariat avec ST a débuté en 2019 et fournira à Huawei les composants et l’accès au logiciel nécessaires pour développer des puces de pointe, selon le rapport, faisant référence à des sources anonymes. Bien que certains observateurs aient supposé que cela faisait partie d’une stratégie de Huawei pour se protéger contre une éventuelle escalade dans les restrictions sur les exportations de puces vers la Chine (voir Trump cherche à nouveau à bloquer la Chine), un tel effet est probablement au mieux marginal.

Il est à noter que l’accord est antérieur au dernier cycle de pression des États-Unis. Mais plus important encore, tous les fabricants de puces de pointe seraient très certainement contraints par un embargo dicté par les États-Unis sur les exportations vers la Chine et se conformeraient à cet embargo. Par conséquent, la défense de Huawei, telle qu’elle a été mise en place, consiste en un engagement avec de multiples partenaires dans leur propre intérêt immédiat et avec comme sous-produit l’augmentation du nombre d’entités ayant un intérêt direct dans le succès de Huawei.

Bien que ST soit un concepteur de puces de renom, il n’est plus à la pointe de la fabrication de puces numériques. ST a été Fab-lite ( avec peu d’usines) depuis de nombreuses années. Pour les puces numériques de pointe, ST sous-traite elle-même la fabrication à un autre partenaire de Huawei, TSMC, ou à Globalfoundries ou Samsung. Tous ces fabricants de puces de pointe seraient probablement concernés en cas d’une restriction renforcée des exportations imposée par les États-Unis.

Ce que ST apporte, c’est une expertise en conception dans des domaines comme la conduite autonome et l’intelligence artificielle, où elle est un partenaire de longue date avec, entre autres, Mobileye, qui appartient désormais à Intel. L’accord montre que Huawei souhaite sérieusement avoir une solution nationale pour la conduite autonome et ne pas compter sur les puces occidentales.

Quant à l’intérêt de Huawei pour les capteurs pour téléphones mobiles, ST pourrait être le fabricant, mais la société européenne serait également peu susceptible de bafouer délibérément les règles renforcées et en tout cas ne pourrait pas remplacer TSMC ou Samsung en tant que fournisseur de puces critiques.

à suivre: la défence par la diversité


Il est à noter que Huawei a déclaré qu’il pourrait acheter des puces à Samsung (voir Huawei stocke pour 1 an de composants en vue de sanctions US); que TSMC a déclaré qu’il envisageait de dépenser des milliards de dollars pour une fabrique de wafers aux États-Unis (Analyse: Analysis: TSMC ponders US wafer fab while awaiting trade rule changes); et Huawei lui-même a déclaré qu’il pourrait installer une R&D de puces à Cambridge, en Angleterre (voir Huawei plans to build chip R&D facility in Cambridge).

Ce sont tous des exemples d’une défense par la diversité qui devrait aider à construire un consensus en faveur de Huawei dans le commerce mondial. Il s’agit d’un consensus qui existe largement dans l’industrie des semiconducteurs, sinon à la Maison Blanche (voir L’industrie des semi-conducteurs repousse les contrôles à l’exportation des États-Unis Les USA veulent contrôler l’export mondial de chips vers la Chine).

Selon un rapport de CINNO Research, la nouvelle de l’accord avec ST intervient alors que Huawei est devenu plus compétitif sur le marché chinois des smartphones et que sa filiale de semi-conducteurs HiSilicon a dépassé Qualcomm en Chine. Le rapport indique que HiSilicon était le principal vendeur de processeurs pour smartphones au 1T20 en Chine avec 22,2 millions, représentant une part de marché de 43,9%. La part de Qualcomm est tombée à 32,8% – ou 16,6 millions de processeurs – contre 48,1% au premier trimestre un an auparavant.

Le succès de Huawei peut inciter la Maison Blanche à adopter une position plus stricte, mais le secteur des semiconducteurs sait que Huawei est déjà sur la voie de l’indépendence technologique et qu’elle ne serait pas la seule à souffrir des sanctions éventuelles.

Lire aussi:

Trump cherche à nouveau à bloquer la Chine

Huawei stocke pour 1 an de composants en vue de sanctions US

Les USA veulent contrôler l’export mondial de chips vers la Chine

Related links and articles:

www.st.com

News articles:

Huawei stockpiling chips, expecting tighter US sanctions

Analysis: TSMC ponders US wafer fab while awaiting trade rule changes

Huawei plans to build chip R&D facility in Cambridge

Semiconductor industry pushes back against US export controls

Si vous avez apprécié cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à :    ECI sur Google News

Partager:

Articles liés
10s