IEEE obligé de bannir les rédacteurs de Huawei

IEEE obligé de bannir les rédacteurs de Huawei

Les rédacteurs de Huawei peuvent faire partie des comités de rédaction de IEEE, mais ils ne sont pas autorisés à traiter des projets de publication.
Par eeNews Europe

Partager:

Note importante: voir IEEE lève ses restrictions à l’égard de Huawei en date du 13 juin 2019

L’IEEE (Institut d’ingénieurs électriciens et électroniciens) a envoyé un courrier à ses rédacteurs pour les informer que les pairs rédacteurs de Huawei ne sont pas autorisés à relire ou à traiter des peojets de publication. La raison de cette décision est le fait que Huawei figure sur la liste BIS. Cette liste, établie par le Bureau de l’industrie et de la sécurité, ne permet aucun échange d’informations avec les sociétés concernées.

Cette décision crée beaucoup de commentaires partout sur Internet. Des questions comme celle de savoir si l’institut est une organisation américaine typique ou plus internationale sont parmi les premières. Ce n’est pas une mauvaise question si vous réalisiez que l’Institut compte environ 420 000 membres dans 160 pays. Huawei est un membre important de l’IEEE avec des rédacteurs et un sponsor de nombreuses activités de l’IEEE. L’IEEE craint que des « conséquences juridiques graves » ne soient appliquées si l’institut ne se conforme pas aux injonctions de la liste BIS.

L’interdiction imposée à Huawei par l’administration Trump entraîne une éventuelle balkanisation du marché de la téléphonie mobile et des communications, forçant essentiellement la Chine à aller de l’avant par elle-même. Alors que les implications juridiques de l’interdiction fragmentent le marché et les communautés de R & D, le développement de la 5G et des technologies associées telles que le SDN pourraient se ralentir du fait que les ingénieurs et chercheurs se séparent pour créer des systèmes et normes différents. Il s’agit d’un risque majeur pour la 5G, car les communications mobiles ont bénéficié depuis longtemps d’un téléphone unique capable de fonctionner à travers le monde. La complexité de la 5G et des normes divergentes mettrait en péril ce cas d’utilisation réussi.

 


 

Un autre point à prendre en compte est que l’Europe se trouve actuellement au milieu de cette dispute mais pourrait être contrainte à terme de prendre parti ou de suivre son propre chemin, en établissant des normes européennes et créer éventuellement une version européenne de l’IEEE. Le risque de scinder le monde en trois zones commerciales et marchés des communications majeurs est élevé si le différend devait se maintenir trop longtemps.

à lire également:

ARM se plie à la volonté de Trump et écarte Huawei

Trump renforce sa guerre commerciale avec la Chine en isolant Huawei

Huawei accusé de vol d’IP par Diamond semiconductor

La Chine fait la course en tête avec des chip serveurs ARM à 7nm

 

Electronique-ECI
10s