Tiamat Energy lance la production de batteries au sodium

30 mars 2021 // Par A Delapalisse
Tiamat Energy lance la production de batteries au sodium
Tiamat Energy a levé 5 millions d'euros pour démarrer la production de cellules de batterie au sodium en Europe pour les voitures électriques.

Tiamat Energy en France prévoit de produire des cellules de batterie au sodium en Europe pour les voitures hybrides et aussi pour les applications dans l'énergie solaire et les éoliennes. La technologie au sodium est plus sûre que le lithium-ion et peut se recharger en quelques minutes sans nécessiter de matériaux rares tels que le cobalt.

Tiamat a été créée en 2017 en tant que spin-off du laboratoire de recherche CNRS avec la technologie développée au cours des huit dernières années et a levé 5 M € lors de son premier grand tour de table de financement. L'entreprise fait également partie du Comité de pilotage de la recherche et de la mobilité automobile (CORAM) mis en place par le gouvernement français pour soutenir le secteur automobile en tant que technologie clé.

«Le point essentiel est que la famille du sodium soit aussi large que celle des ions lithium. Dans cette famille, vous avez des oxydes stratifiés, c'est là que [la start-up britannique] Faradion se concentre sur la densité d'énergie et moins sur la puissance », a déclaré Hervé Beuffe, fondateur et président de Tiamat Energy à eeNews Europe Power partenaire de ECI. « C'est lebchoix des matériaux qui importe», a-t-il déclaré.

«Nous utilisons un composé poly-ionique qui produit beaucoup de puissance en charge et en décharge en utilisant du fluorure et un peu de vanadium. Cela nous donne 40 à 50 ° C [charge rapide en 10 minutes] à 3,7 V, exactement la même chose que chez NMC [cellules lithium-ion]. En revanche, la densité énergétique est de 90Wh / kg à 120Wh / kg [contre 400Wh / kg maintenant pour le lithium métal], et nous n’irons pas plus loin. Un VE électrique à 100% utilisant nos batteries aurait une autonomie limitée, mais il permet une charge complète en 10 minutes. Cela pourrait profiter aux petites voitures utilisées dans les villes, en particulier avec un opérateur de flotte qui veut que les voitures soient sur la route tout le temps », a-t-il déclaré.

«Nous examinons également l'hybridation de l'énergie primaire, des moteurs à combustion interne (ICE) ou des piles à combustible, et ceux-ci ont besoin d'un pack symétrique pour incorporer l'énergie du freinage et c'est là que nous sommes alignés avec le marché», a-t-il ajouté. «L'hybride complet est dominé par la technologie japonaise, nous voulons donc démontrer notre preuve de concept dans le monde 48V en premier», a-t-il déclaré. «Pour le moment nous n'avons pas l'intention de faire un plug in hybride plus stop start. Mais il existe des opportunités dans la puissance ferroviaire avec des moteurs à hydrogène et diesel, ainsi que dans les turbines pour avions hybrides - nous sommes plus sûrs que le lithium.

«Si nous optons pour les hybrides, c’est pour les packs 400V et le chemin de fer est de 800V à 900V. Pour le moment, je ne peux pas divulguer où se fera la fabrication, mais la première production concerne des projets sur des lignes de production industrielles dans des gigafactories; il n'y a pas besoin de changements sur une ligne de production, sauf des paramètres tels que la vitesse ou la température, aucune modification n'est nécessaire», a-t-il déclaré.

Tout cela s'aligne bien avec la volonté de l'UE d'augmenter la capacité de fabrication de batteries en Europe.

«Le problème est que l’agenda de l’UE ne correspond pas à notre calendrier de fabrication», a déclaré Beuffe. «Nous avons besoin de volume dans les deux mois et la capacité de l'UE ne sera pas prête avant 2023 ou 2024, nous avons donc été obligés de trouver de la capacité existante, mais cela ne doit pas être permanent. D'ici 2023, nous pensons pouvoir faire démarrer cela avec peut-être une production en 2025. La demande de blocs-batteries 48V dans les véhicules électriques hybrides légers MHEV doublera d'ici 2025 car elle électrifiera également de nouveaux appareillages afin d'augmenter la réduction des émissions de CO2 (préchauffage du catalyseur, par exemple) et être utilisé pour le freinage par régénération.

Tiamat travaille avec Plastic Omnium pour développer une batterie au sodium 48V pour les véhicules MHEV qui sera proposée à tous les constructeurs automobiles.

«Le projet vise à développer, fabriquer et tester un système permettant de confirmer les performances de l'électrochimie ion sodium selon les spécifications des constructeurs automobiles dans un premier temps, puis de préparer le déploiement industriel de la solution», explique Yannick Raynaud, Directeur Expertise Méchatronique de Plastic Omnium Auto Energy.

Le projet renforce également la compétence de Plastic Omnium dans le déploiement d'une offre globale d'un système pour véhicules à hydrogène intégrant une pile à combustible, des réservoirs d'hydrogène sous haute pression ainsi que la gestion de batteries adaptées à une utilisation combinée avec des piles à combustible. «Au-delà de l'hybridation des énergies fossiles dans la mobilité, notre technologie est tout à fait adéquate pour accompagner le développement de véhicules à pile à hydrogène qui nécessitent le renforcement d'une batterie de puissance pour les phases d'accélération notamment. C'est un marché prometteur qui se dessine, et sur lequel nous voulons nous développer », a déclaré Beuffe.

3,5 M € de ce second tour de financement proviennent de Finovam et Picardie Investissement (tous deux présents au premier tour), CAP3RI, Nord France amorçage, Celeste Management, Sicae Somme, Sem Somme Energies qui rejoignent les actionnaires existants, le CNRS et les collaborateurs.

La production des cellules de batteries au sodium démarrera en 2025 avec une montée en puissance de la fabrication pour atteindre 6 GWh de production annuelle d'ici 2030. A terme, Tiamat a pour objectif de produire ses cellules en Europe et de préférence en France avec des capacités de production en propre ou en partenariat dit Beuffe.

www.tiamat-energy.com

Lire aussi:

La batterie Na-Ion prête à remplacer la Li-ion?

Thales sélectionné pour le nouveau système d'E/S de l'espace Shengen

Eau + Sel = Batterie low cost ?

Modules de batterie 24V à longue durée pour les applications industrielles

L'Europe se lance dans la fabrication de batteries pour véhicules électriques

 

 

Related sodium battery articles

 

 

Picture: 
Hervé Beuffe, founder and president of Tiamat Energy

Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.