CEO interview: Tom Caulfield de Globalfoundries sur le projet Européen

04 août 2021 // Par Peter Clarke
CEO interview: Tom Caulfield de Globalfoundries sur le projet Européen
Nous nous sommes entretenus avec Tom Caulfield, PDG de Globalfoundries, et avons discuté avec lui des plans de l'Europe pour développer sa chaîne d'approvisionnement en semiconducteurs, un domaine dans lequel GF devrait jouer un rôle majeur.

Globalfoundries est une fonderie pure play de premier plan, dont le siège est à New York, mais avec une wafer Fab à Dresde, en Allemagne. Ce campus constitue un point d'ancrage pour l'initiative Silicon Saxony et il pourrait être un élément clé des plans de l'Europe pour revigorer ses capacités dans les semiconducteurs dans la poursuite de l'indépendance stratégique.

Nous avons commencé par interroger Caulfield sur l'objectif proclamé de plus que doubler la capacité de fabrication de puces en Europe à 20 % de la production mondiale d'ici 2030, alors qu'actuellement, sa part est estimée à 6 ou 7 % par certains analystes. D'autres ont souligné que la part de l'Europe dans la fabrication de puces les plus avancées sur des plaquettes de 300 mm de diamètre était inférieure à 1 % de la production mondiale (voir Europe's 300mm IC manufacturing falls below 1% of world output). Avec la part du continent sur une tendance à la baisse, 20 % est-il un objectif irréaliste ?

"Il existe de nombreux exemples dans l'histoire où il a été important de se fixer des objectifs ambitieux. Le plus évident est JFK lorsqu'il a déclaré que les États-Unis mettraient un homme sur la lune d'ici une décennie. Le plus important est que cela provoque un changement de mentalité . Vous devez changer ce que vous faites. Cela force un paradigme différent et ensuite vous vous débarrassez des blocages », a déclaré Caulfield

"Si l'Europe atteint 17 ou 18 pour cent d'ici 2030, personne ne dira qu'elle a échoué. On dira que les choses vont dans la bonne direction. C'est ambitieux et le monde ne reste pas immobile. Donc ce sera 20 pour cent d'une capacité de fabrication mondiale beaucoup plus élevée », a déclaré Caulfield. Il a ajouté que, étant donné que beaucoup d'investissements dans la fabrication de semiconducteurs vont être réalisés, pourquoi ne pas en faire une partie importante en Europe

à suivre: IPCEI ou les financements européens


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.