Alliances Européennes pour processeurs 2nm et informatique edge

27 juillet 2021 // Par A Delapalisse
Alliances Européennes pour processeurs 2nm et informatique edge
La Commission européenne a lancé deux alliances industrielles, l'une pour les technologies Processeurs et semiconducteurs et l'autre pour les données industrielles, Edge et Cloud.

Les deux alliances visent à accélérer le développement de nouvelles conceptions de puces et de technologies industrielles de cloud computing/edge computing, rassemblant les entreprises, les gouvernements, les universités et les utilisateurs, ainsi que les organisations de recherche et de technologie.

L' Alliance Industrielle sur les processeurs et les technologies des semiconducteurs identifie une capacité de production de semiconducteurs dans la technologie de process de 16 nm à 10 nm pour répondre aux besoins actuels. Cela correspond à l'offre annoncée de TSMC de construire une usine de 16 nm dans la région, ainsi qu'à l'offre d'Intel d'une usine, éventuellement en Bavière, ou via l'achat de GlobalFoundries.

Cela vise à plus que doubler la part de l'Europe dans la production mondiale de semiconducteurs à 20 % d'ici 2030 et la Commission affirme que l'alliance identifiera et traitera les goulets d'étranglement, les besoins et les dépendances actuels dans l'industrie et définira des feuilles de route technologiques.

Cependant, l'alliance pointe également vers des nœuds de process de 5 à 2 nm et au-delà pour anticiper les futurs besoins technologiques et pointe vers la réduction de la consommation d'énergie dans les téléphones et les centres de données, même s'il n'y a pas de sociétés européennes de conception de puces pour smartphones et peu de fabricants de puces de centres de données qui soutiendraient le besoin d'une technologie de process de 2 nm.

 

Les projets de nouvelles Fab en Europe:

 

De tels projets ont tendance à prendre un à deux ans pour se concrétiser, puis toute capacité supplémentaire prendrait au moins 12 mois à se mettre en place, et plus probablement deux à trois ans. À ce stade, le cycle des semiconducteurs aura changé et une plus grande capacité sera mise en ligne, ce qui ralentira le processus et aura un impact sur l'argument économique en faveur d'une telle capacité.

En conséquence, cela nécessitera un soutien financier plus important de la part des 22 États membres qui ont adhéré à l'alliance et de la commission. La microélectronique, notamment les microprocesseurs, fait déjà partie des domaines clés identifiés pour l'investissement financé par le fonds de récupération et de résilience et les États membres se sont engagés à utiliser 20 % des plans européens de récupération et de résilience pour la transition numérique, ce qui représente 145 milliards d'euros sur les trois prochains ans. Cette opportunité d'investir dans la recherche, la conception et la capacité de production de processeurs en Europe ne doit pas être manquée, déclare la Processor and Semiconductor Alliance.

Dans le même temps, la Commission a également lancé une alliance pour le cloud industriel et les données "edge", qui devrait passer de 20 % aujourd'hui à 80 % d'ici 2025.

Ce changement représente une opportunité majeure pour l'UE de renforcer ses propres capacités dans le cloud et edge, et donc sa souveraineté technologique, selon la commission. Cela nécessitera le développement et le déploiement de technologies de traitement des données fondamentalement nouvelles, englobant edge, s'éloignant des modèles d'infrastructure de traitement des données entièrement centralisés et s'intégrerait dans la stratégie de cloud gaia-X déjà en cours de déploiement. voir L'Europe lance son grand projet 6G Hexa-X

à suivre: Alliance européenne pour les Data


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.