Nexperia rachète Newport Wafer Fab

Nexperia rachète Newport Wafer Fab
Actualités économiques |
Nexperia, propriété de Wingtech, Shanghai, en Chine, a acheté la Fab "Newport Wafer Fab" au Pays de Galles, Royaume-Uni
Par Wisse Hettinga

Partager:

Nexperia a acheté Newport Wafer Fab (NWF) au Pays de Galles pour augmenter sa capacité de production de composants de signal analogique, de puissance et de signal mixte. Bien que Nexperia n’ait pas révélé le montant de la somme versée ni la manière dont l’accord a été conclu, il s’agirait de 87 millions de dollars (63 millions de livres sterling), selon certains rapports. Newport Wafer Fab est capable de fabriquer des circuits intégrés de puissance et des semiconducteurs « compound » sur des plaquettes de 200 mm de diamètre et dispose d’une capacité de 35000 plaquettes par mois.

L’usine a été construite pour Inmos en 1982 pour fabriquer le transputer ( processur parallèle) et a appartenu depuis à STMicroelectronics, International Rectifier et Infineon avant de devenir NWF en 2017. Il pourrait être possible de poursuivre une production détenue par le Royaume-Uni dans un bâtiment actuellement vide du campus, selon ces rapports. Ceux-ci suggèrent que Drew Nelson, ancien PDG et co-fondateur du fournisseur gallois de plaquettes IQE et président sortant de Newport Wafer Fab, séparerait la partie semiconducteur « compound » de NWF. Il pourrait créer une nouvelle entreprise et serait autorisé à conserver le nom de Newport Wafer Fab.

« Le changement de propriétaire du site de Newport marque une étape importante pour l’avenir de l’installation ainsi que pour la région. Nous sommes heureux de pouvoir maintenir l’expertise dans le développement de composants silicium haut de gamme dans l’usine de fabrication de tranches de 200 mm et en même temps, avoir des opportunités d’ajouter de nouvelles technologies de semiconducteurs », a déclaré Nelson.

Beaucoup se sont opposés à l’accord négocié avec la société chinoise par le conseil d’administration de la société, écrivant même au secrétaire britannique à l’industrie, Kwasi Karteng, pour lui demander une protection contre la prise de contrôle, mais le Royaume-Uni a refusé d’agir jusqu’à présent. Ceci en dépit du fait que Newport Wafer Fab (NWF) est au centre d’un pôle d’excellence dans les semiconducteurs « compound » et que de l’argent public a été dépensé pour développer des technologies telles que le gallium-nitrure-sur-silicium.

Entre-temps, Newport Wafer Fab est devenu Nexperia Newport. Cela fait suite à un investissement de 700 millions de dollars de Nexperia dans ses usines de Manchester, au Royaume-Uni, et de Hambourg, en Allemagne, pour augmenter la capacité.

« L’acquisition est une excellente nouvelle pour le personnel ici à Newport et pour l’ensemble de la communauté industrielle de la région, car Nexperia apporte des investissements et une stabilité indispensables pour l’avenir. Nous sommes impatients de faire partie de l’équipe mondiale de Nexperia et souhaitons conserver l’effectif actuel. Des ressources locales supplémentaires peuvent également être nécessaires. Nous sommes également ravis de pouvoir continuer à contribuer à l’écosystème local », a déclaré Paul James, directeur des opérations sur le site de Newport.

Nexperia est un client des services de fonderie proposés par Newport Wafer Fab et est devenu son deuxième plus grand actionnaire en 2019. Lorsque NWF n’a pas rempli certaines obligations résultant de son contrat d’approvisionnement, Nexperia a exercé son droit de nommer des administrateurs. À leur tour, ils ont pu exercer leur influence sur les prochaines étapes de l’entreprise.

Nexperia a déclaré que Nexperia Newport continuera d’avoir une position forte dans l’écosystème gallois et le développement technologique et garantira les emplois actuels sur le site de Newport et d’autres dans la région.

On s’attend à ce que Nexperia/Wingtech utilise désormais le procédé GaN-on-Si de NWF et le déplace vers une usine de fabrication de plaquettes de 300 mm financée par le gouvernement chinois. Wingtech a annoncé en avril son intention d’investir 1,8 milliard de dollars dans la construction d’une usine de fabrication de plaquettes pour semiconducteurs de puissance à Shanghai dans le cadre d’un plan national visant à localiser la production de composants pour véhicules électriques.

En juin 2021, Tom Tugendhat, président de la commission des Affaires étrangères du gouvernement britannique, a écrit au ministre britannique de l’industrie Kwasi Kwarteng pour demander que tout accord soit examiné en vertu de la loi sur la sécurité nationale et l’investissement. Il a écrit: « Je dois souligner à nouveau que le fait que la principale installation de développement et de fabrication 200 mm  de la technologie silicium et des semiconducteurs du Royaume-Uni soit reprise par une entité chinoise – à mon avis – représente un problème de sécurité économique et nationale important. »

Lire aussi:

Opinion: l’Occident reste aveugle à la stratégie chinoise de rachat des techs

www.nexperia.com

Related articles:

 


 

Linked Articles
Electronique-ECI
10s