MENU

C’est parti pour le train autonome

C’est parti pour le train autonome

Par Daniel Cardon



Avantages de l’automatisation des trains pour les clients ferroviaires:

  • Augmentation de la capacité, car faire circuler plus de trains signifie pouvoir transporter plus de passagers et plus de marchandises;
  • Une fluidité et une régularité accrues grâce à un flux de trafic harmonisé et une vitesse optimisée, facilitant la réaction aux imprévus;
  • Des transports plus respectueux de l’environnement, grâce à une consommation d’énergie réduite et au passage de la route au rail.

 L’autonomie offre ainsi au transport ferroviaire de nouvelles perspectives: une organisation plus flexible, avec la possibilité de faire évoluer rapidement le nombre de trains en fonction de l’évolution des besoins. Ces avantages encourageront un transfert modal de la route vers le rail, contribuant ainsi à un mode de transport plus respectueux de l’environnement.

 Les essais

Les essais ont eu lieu sur le site Alstom de Crespin. Différents capteurs, caméras, radars et lidars (détection laser) ont été installés pour collecter les données essentielles au projet et ensuite les premiers essais sur voies commerciales se sont déroulés sur une semaine, début mars, entre Aulnoye et Busigny et entre Busigny et Calais (dans le Nord de la France). Le prototype de train régional Regio 2N fonctionnait sur une voie commerciale, avec les ingénieurs et techniciens du projet à bord. Ainsi ont pu être testé  les systèmes de perception et de reconnaissance des signaux situés le long de la piste et le système de géolocalisation, notamment par satellite, qui fournit la position précise du train.

 Lors de cette première phase d’essais du prototype de train, les capteurs et équipements de ces nouveaux systèmes installés sur le train ont été activés dans le but d’observer leur fonctionnement sans interférer avec la conduite du train, par un conducteur SNCF spécialisé dans le fonctionnement en conditions de test.


Deuxième phase d’essai en mode semi-autonome

Ces nouveaux essais se déroulent sur le réseau ferré national de Busigny (dans le Nord de la France) et conduiront, dans les prochains mois, à une exploitation semi-autonome en phase d’essai.  Le fonctionnement semi-autonome permet d’automatiser l’accélération et le freinage du train, supervisé par un conducteur. Ces essais sont une étape clé vers la réalisation de l’objectif ultime du consortium: parvenir à une pleine autonomie d’ici 2023. Ï

*IRT :  Institut de recherche technologique Railenium 

https://www.spirops.com/   –   https://www.alstom.com/fr

https://www.bosch-mobility-solutions.fr/fr/   –   https://www.thalesgroup.com/fr

Autre article 

Train autonome : SystemX, SNCF, Alstom et Systra publient le premier jeu de données open source de référence

Si vous avez apprécié cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à :    ECI sur Google News

Partager:

10s