Nanusens CEO interview: construire une licorne européenne des capteurs

29 avril 2021 // Par A Delapalisse
Nanusens CEO interview: construire une licorne européenne des capteurs
Josep Montany CEO de Nanusens veut construire un fabricant de capteurs silicium en Europe de taille significative. Il parle à Nick Flaherty éditeur de eeNews Europe de ses projets ambitieux de licorne dans les capteurs semiconducteur pour le marché grand public.

Nanusens a de grands projets dans le secteur grand-public. Il a conçu un accéléromètre MEMS micro-usiné qui peut être construit sur un processus CMOS standard à faible coût, et a financé par crowdfunding le développement du premier silicium pour ce capteur.

Le capteur vise à fournir des commandes par tapotement pour les écouteurs et a été construit chez SMIC en Chine, bien que la technologie puisse être fabriquée sur n'importe quel process CMOS. C'est un avantage clé qui générera rapidement de gros volumes, déclare le fondateur et PDG, le Dr Josep Montanyà.

«Mon pari est d'atteindre 1 milliard de dollars de ventes en trois à cinq ans», a déclaré Josep. «Nous entrons dans un marché dominé par les modèles de référence - il y a cinq modèles de référence d'écouteurs, et dans les téléphones mobiles, il y en a deux. Donc, soit vous avez une part de marché significative, soit vous n'avez rien, nous avons quelque chose d'unique, c'est la taille et les performances, en particulier lorsque vous utilisez des composants combinés, c'est un avantage de coût de 30% et deux fois plus petit que le plus petit du marché et dix fois plus petit que les autres.

 

 

La société a financé le développement du premier silicium par crowdfunding et recherche désormais davantage d'investissements, d'où les perspectives haussières. Mais ce n'est pas son premier rodéo, comme on dit. Il a lancé Baolab Microsystems à Barcelone, en Espagne, en 2003 pour développer un commutateur RF basse tension issu de la recherche universitaire.

«J'avais obtenu un financement initial de 300 000 €, j'ai créé Baoloab et j'ai obtenu des échantillons au bout de deux ans. Nous les avons montrés à une série d’entreprises aux États-Unis et nous avons réalisé que mon professeur avait tort et qu’il n’y avait pas de demande pour ce produit. Le problème était le coût, la taille, le rendement et l'intégration avec le process CMOS. Donc, en 2005, l'accent a changé pour se concentrer sur les MEMS, sur un processus de fabrication spécifique, mais j'ai ensuite réalisé que nous devions déplacer les MEMS vers le CMOS. Il y a eu beaucoup de recherches à ce sujet, mais personne n'avait réussi à l'intégrer dans la fabrication en série. En fin de compte, il était clair que le meilleur moyen était d'utiliser la Vapor HF pour graver l'oxyde de silicium, mais le défi était de savoir comment utiliser ces couches métalliques qui n'étaient pas destinées à faire partie de MEMS. Nous essayions toujours de développer un commutateur RF, mais le défi était le contact.

.«Puis en 2010, nous avons réalisé que nous avions un processus MEMS que nous pourrions utiliser pour une conception sans contact et nous sommes rapidement passés à une preuve de concept d'une boussole. Nous étions sur le point de lancer une boussole sur le marché en 2012, mais notre principal investisseur était dans la société depuis trop longtemps, et le fonds d'investissement a dû rendre de l'argent aux investisseurs après dix ans, ils ont donc voulu vendre BaoLabs au cours des deux prochaines années. Il y a eu des offres d'investissement pour l'acquisition, mais ils ont tout rejeté, en plus ils pensaient en termes de fonds et finalement la société a fermé ses portes en 2014.

«Quelques mois plus tard, j'ai créé Nanusens. La principale leçon que j'ai apprise était de ne pas permettre à un seul investisseur de contrôler plus de 50% de l'entreprise pour éviter la situation où vous avez une excellente technologie mais où l'entreprise doit fermer. »

«Nous avons initialement fourni des services d'ingénierie et levé des fonds d'amorçage en 2016 auprès de trois investisseurs de Barcelone et des Pays-Bas. Donc, en 2016, j'ai pu recommencer, mais les spécifications de boussoles avaient augmenté et ce n'était pas faisable, nous nous sommes donc concentrés sur un accéléromètre pour le premier produit. "

«D'après mon expérience, il n'est pas facile de collecter des fonds pour les semiconducteurs. Les startups de semiconducteurs sont difficiles, surtout au début. Maintenant que le silicium fonctionne, je pense que ce sera différent et maintenant j'ai des conversations intéressantes avec les fonds d'investissements», a-t-il déclaré. Le financement participatif et l'allégement fiscal associé, appelé EIS, ont également conduit à la création de la société au Royaume-Uni.

«La plupart des financements aujourd'hui, mis à part l'investissement initial, étaient des business angels et c'est pourquoi en 2018 nous avons mis en place le crowdfunding et nous avons fait quatre tours avec Crowdcube. Nous avons 1400 investisseurs, mais la plupart sont syndiqués - nous avons eu des investissements à 10 000 £ et nous avons peut-être 100 investisseurs directs. La plupart viennent du Royaume-Uni, d'où cette décision », a-t-il déclaré.

«En 2018, je voulais essayer le financement participatif - vous pouvez le faire depuis l'Espagne, mais nous n'atteignions pas l'objectif et j'ai comparé avec d'autres entreprises qui ont réussi et le facteur commun était EIS. J'ai donc mis en place la structure juridique au Royaume-Uni et lorsque nous avons postulé pour l'EIS, le financement était complet en quelques jours et nous avons commencé à surfinancer.

 

 

«Avec les plus gros investisseurs, nous les contactons directement et cela nous donne des liens avec des clients potentiels dans de nombreux secteurs différents», a-t-il déclaré. "Avec l'IoT, par exemple, il existe des applications dans le bâtiment, la vente au détail, beaucoup de choses."

«Nous n'offrons pas de discount en utilisant le financement participatif, mais les tours plus importants sont plus difficiles. Nous avons levé 1 M £ puis 2 M £ sur Crowdcube, et maintenant nous recherchons 6 M $. Cela pourrait être faisable, mais nous voulons explorer les investisseurs corporatifs. La différence est que nous avons le silicium et que la plupart des investisseurs "business angels" ne peuvent pas aider - le capital-risque d’entreprise dans le secteur des semiconducteurs peut évaluer la le risque et les opportunités. »

L'entreprise s'est installée à Torbay dans le sud-ouest du Royaume-Uni. «Ensuite, nous avons dû filialiser la société espagnole et après deux ans, nous avons commencé à mettre en place la véritable structure. Au départ, nous avions le siège à Londres comme structure juridique, puis nous avons commencé à chercher des options et il y avait beaucoup de soutien de Torbay. Ils avaient une petite salle blanche et un microscope électronique, et la moitié de mon temps je vis à Paignton et nous sommes en train de recruter du personnel et de rechercher du personnel.

Malgré la concentration sur le capteur accéléromètre MEMS, le commutateur RF basse tension d'origine est également devenu un produit viable.

«Chaque fois que nous lançons la production de nouveau silicium, nous ajoutons quelque chose et l'année dernière, nous avons eu une grande surprise avec notre commutateur RF grand public; il fonctionnait très bien pour la fiabilité, au-delà d'un milliard de cycles sans problème et nous avons donc décidé de promouvoir le commutateur. en parallèle », a-t-il dit. «Il s'agit d'un commutateur capacitif plutôt que ohmique et en parlant aux clients de tuners d'antenne, nous avons réalisé que nous devions changer le nom en condensateur accordable numérique (DTC). Nous avons les deux composants en silicium avec la partie mécanique testée, maintenant nous ajoutons l'électronique et échantillonnerons le DTC RF d'ici la fin du mois de juin et ensuite pour l'accéléromètre. Nous prévoyons de commencer la production en volume l'année prochaine, nous avons donc besoin de la série A pour financer cela. »

«Nous utilisons un process 180 nm avec 4 à 6 couches, et nous utilisons donc toutes les couches métalliques chez SMIC, nous avons un très bon service de leur part et nous prévoyons de les utiliser pour la production en série. La plupart sinon tous nos clients seront chinois, mais nous sommes dans un process CMOS, donc dans le cadre du plan, nous aurons besoin d'une seconde source car tous les clients le souhaitent. C’est l’une des beautés de notre approche pour aller vers d’autres fonderies et même utiliser d’autres nœuds. Nous avons également testé chez GlobalFoundries et LFoundry. »

"Pour des nœuds inférieurs avec des couches métalliques plus grandes, il serait possible de placer le MEMS sur le dessus et c'est un avenir intéressant pour ce que nous avons et nous avons fait la conception pour pouvoir aller vers des nœuds inférieurs."

«L'année prochaine, nous devrions commencer à livrer des échantillons pour plus de produits. Il nous a fallu du temps pour résoudre certains problèmes importants concernant le rendement et les structures internes, mais maintenant, pour passer aux produits suivants, une grande partie de ce que nous avons est pareil. Nous discutons également avec des sociétés de semiconducteurs pour intégrer le capteur dans leurs puces pour la détection de mouvement dans un microcontrôleur, il y a beaucoup de possibilités là-bas - c'est de l'IP.

«Nous pouvons aller sur de nombreux marchés, mais nous nous concentrons sur le grand-public, où la taille est la plus importante, ainsi que la consommation d'énergie et le coût. Là, nous faisons la plus grande différence. Pour l'automobile et d'autres marchés, nous voyons cela davantage via la licence d'IP », a-t-il déclaré. «Au départ, nous nous concentrons sur le produit et ensuite sur la propriété intellectuelle. Cela nous donne beaucoup de revenus à court terme et renforce l'activité IP. »

Lire aussi:

ST rejoint l'écosystème Qualcomm pour les wearables 5G

Les startup Analogiques, MEMS et capteurs à suivre en 2020

www.nanusens.com

 

Related articles

 


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.