MENU

Les compilateurs pour l’apprentissage automatique – Interview avec Albert Cohen (Google)

Interviews |
Par A Delapalisse, Wisse Hettinga


La « représentation intermédiaire » est la pierre angulaire de l’optimisation des compilateurs, aujourd’hui et à l’avenir », explique Albert Cohen, chercheur chez Google.

 Dans le cadre de la préparation de la conférence HiPEAC à Toulouse en janvier 2023, je rencontre Albert pour discuter de ses recherches sur les compilateurs. Il explique que cette IR « brique de base »  de la performance informatique devient de plus en plus intéressante avec l’avènement du HPC, des systèmes parallèles, de l’Internet des objets et de l’apprentissage automatique/intelligence artificielle.

Le vrai nom de ce compilateur est MLIR soit « Multi-Level Intermediate Respons » et au cours des 4 dernières années, il est passé de la recherche à des applications du monde réel et est devenu une partie de la fondation LLVM. (https://mlir.llvm.org). Sur le site Web de LLVM : Le projet MLIR est une nouvelle approche pour créer une infrastructure de compilateur réutilisable et extensible. MLIR vise à lutter contre la fragmentation des logiciels, à améliorer la compilation pour le matériel hétérogène, à réduire considérablement le coût de création de compilateurs spécifiques à un domaine et à aider à connecter les compilateurs existants entre eux.

 

 

Le matériel définit-il le logiciel ou le logiciel définit-il le matériel ? C’est un autre point de discussion que nous avons abordé dans notre discussion. Le matériel devient-il plus flexible que le logiciel ?

« Vous pouvez désormais définir du matériel pour des domaines d’application spécifiques », explique Albert. « Ce n’est pas nouveau, rappelez-vous l’architecture x87 pour la virgule flottante, c’est un exemple précoce de matériel ayant été défini par le logiciel ».

Albert est le président général de la conférence HiPEAC, qui se déroule du 16 janvier au 18 janvier à Toulouse. Retrouvez tous les détails ici : www.hipeac.net

Is hardware defining software or software defining hardware? This is another discussion point we touched on in our discussion. Is hardware getting more flexible than software? ‘You can now define hardware for specific application domains’, explains Albert. ‘Not that that is new, remember the x87 architecture for floating point, that is an early example of software defining hardware’.

Albert est le président général de la conférence HiPEAC, qui se déroule du 16 janvier au 18 janvier à Toulouse. Retrouvez tous les détails ici :  HiPEAC à Toulouse

Ceci et bien d’autres réflexions et discussions sur MLIR dans l’interview vidéo à découvrir ci-dessus

 


Share:

Linked Articles
10s