Pénurie de semiconducteurs : Interview de Karl RIGAL, Directeur Marketing de Stedy, société de conseil en technologie et services numériques

04 octobre 2021 // Par A.Dieul
Pénurie de semiconducteurs : Interview de Karl RIGAL, Directeur Marketing de Stedy, société de conseil en technologie et services numériques
Karl RIGAL, Directeur Marketing de Stedy, société de conseil en technologie et services numériques répond ici à nos questions concernant la pénurie actuelle de semiconducteurs et ses impacts sur le marché français.

Quelles sont les conséquences de cette pénurie pour les entreprises françaises ?
Pour les industries fortement dépendantes de semiconducteurs, comme l’automobile, la pénurie génère des retards voire des arrêts de production dans les usines. Une baisse des volumes de production qui a un impact sur le carnet de commandes et sur les délais de livraison de certains modèles, mais également sur les plans de charge des équipes, revues à la baisse. Le recours au chômage partiel et la non-reconduction de contrats d’intérimaires se multiplient.

Quels sont les secteurs industriels les plus touchés ?
La construction automobile est de loin le premier secteur industriel touché par cette pénurie, même si globalement, toute la filière transports, très consommatrice d’électronique embarquée, est impactée, à des degrés divers selon leurs besoins en composants et l’état de leurs stocks.
Mais cette situation génère des dommages collatéraux indirects sur un grand nombre d’autres filières industrielles, qui ne produisent pas nécessairement des biens comprenant de l’électronique, mais dont les sites de production doivent en être équipés, notamment des capteurs connectés intelligents, pour pouvoir entrer dans l’ère de l’industrie 4.0 et tirer pleinement profit de la révolution numérique pour sécuriser ou flexibiliser leur production, augmenter leur productivité, etc.

Quel impact de cette pénurie sur les prix ?
Plus rares, les semiconducteurs deviennent naturellement plus chers, de l’ordre de 5% pour la France, selon une étude du réassureur Euler Hermes. Mais l’impact devrait rester assez marginal sur les niveaux de prix des produits finis : les composants électroniques d’un véhicule sont loin de représenter la part la plus importante de son coût de fabrication, et la réouverture progressive des sites de production au fil des campagnes de vaccination permettent de se projeter sur un retour progressif à la normale au premier semestre 2022.

Tablettes, ordinateurs, smartphones… le marché français va-t-il être impacté ?
Le secteur de l’électronique grand public est très exposé, mais la France en fabrique peu. Ce sont plutôt les distributeurs


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.