Intel prêt à investir en fonderie en Europe

31 mars 2021 // Par A Delapalisse
Intel prêt à investir en fonderie en Europe
Le retour d'Intel dans le secteur de la fonderie est politiquement judicieux, en particuliers pour l'Europe, écrit Nick Flaherty rédacteur en chef de eeNews Europe

Intel est revenu dans le secteur de la fonderie en grand.

Les plans IDM2.0 sont un pas en avant dans la conception, la fabrication et aussi la géopolitique, et cette fois sera différente de la dernière tentative de fonderie il y a sept ans, déclare le nouveau PDG Pat Gelsinger.

Aujourd'hui, l'entreprise a un éventail beaucoup plus large de technologies à offrir et est prête à en faire bébéficier à ses clients. Dans une rupture complète avec le passé, la société propose sa technologie de cœur de processeur x86 ainsi que ARM (rappelez-vous ses conceptions de puces StrongARM et Xscale à la fin des années 1990) et même des cœurs open source RISC-V. Tout cela sera disponible avec un GPU séparé, et des IP de réseau haut débit et de mémoires ce qui intéressera beaucoup les concepteurs de puces ASIC pour centre de données.

Ce qu’Intel n’a pas vraiment, c’est la technologie de pointe. L'entreprise de fonderie commence à 22 nm et met en évidence les difficultés qu'Intel a eues avec la technologie de processus de pointe. Bien qu'elle puisse potentiellement offrir sa variante actuelle SuperFET 10 nm de la technologie FinFET, la société a pris du retard sur TSMC et Samsung.

Gelsinger affirme que les problèmes liés à l'utilisation des UV extrêmes (EUV) à 7 nm ont été résolus et seront utilisés pour les processeurs de prochaine génération plus tard cette année. C'est une décision bienvenue, mais pas suffisante. Le problème est la géopolitique de l'accès aux technologies de pointe à haut volume en Europe et aux États-Unis. Intel promet deux nouvelles usines sur son campus en Arizona avec un investissement de 20 milliards de dollars, peut-être pour déjouer le plan de TSMC qui a prévu six usines sur un site dans le même État. Tout cela vise à rassurer les grands clients mondiaux sur la robustesse de leurs approvisionnements en semiconducteurs essentiels.

La société indique également que 15 milliards de dollars ont été dépensés en capacité de fabrication en Europe depuis 1989, doublant l'espace de fabrication en Irlande avec 7 milliards de dollars supplémentaires jusqu'à cette année.

«Cet investissement vise à apporter la technologie de processus 7 nm de dernière génération d’Intel dans la région et à étendre nos activités de fabrication. Il stimulera également la croissance économique de la région, créant 1 600 emplois permanents dans la haute technologie une fois la construction achevée et plus de 5 000 emplois dans le secteur de la construction », a déclaré Eamonn Sinnott, vice-président, fabrication et opérations et directeur général d'Intel Irlande (ci-dessus). Mais il y a plus à venir, et cela dépendra du niveau de soutien fourni par l'UE.

«Nous prévoyons d'annoncer la prochaine phase d'expansion pour soutenir notre nouvelle entreprise dédiée à la fonderie aux États-Unis, en Europe et dans d'autres sites mondiaux dans l'année», a-t-il déclaré. Intel emploie plus de 10 000 personnes à travers l'Europe. Des équipes en Irlande, en Allemagne, en Pologne, en France et dans d'autres pays européens travaillent tout au long de la chaîne d'approvisionnement, allant de la R&D à la fabrication, propulsant l'innovation à l'échelle mondiale. Cela dépendra dans une certaine mesure de la réponse de l'UE. Intel s'est très intelligemment aligné sur la stratégie Europe 2030 visant à accroître la capacité de fabrication de puces de pointe dans la région. L'Irlande est au cœur de cela.

«Nous accélérons les investissements en Europe et soutenons l’ambition de l’UE de faire fabriquer localement 20% des puces de pointe du monde», a-t-il déclaré. «Nos investissements ici en Europe ont créé un pôle de fabrication de pointe qui, associé à nos diverses capacités dans la région, nous place dans une position unique pour soutenir le programme de l'UE visant à garantir l'approvisionnement en semiconducteurs avancés pour le marché européen et au-delà,» dit Sinnott.

«Nous partageons l'ambition avec l'UE de fournir une technologie de pointe en matière de semiconducteurs en Europe et de créer une capacité de fabrication plus équilibrée géographiquement. Intel est idéalement positionné pour soutenir la vision de l'UE pour une transformation numérique d'ici 2030 », a-t-il déclaré. Dans un message clair, il déclare: «Intel valorise les environnements commerciaux et les politiques à travers le monde qui encouragent les investissements dans l'innovation et la fabrication de semiconducteurs.»

La prochaine étape devra venir de l'UE pour montrer qu'elle entend vraiment soutenir la chaîne d'approvisionnement des semiconducteurs.

Lire aussi:

L'Europe doit sortir de ses 30 ans de sommeil dans les semiconducteurs

Altran et Intel lancent une plateforme telecom edge AI

Related articles 

 


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.