MENU

Ceci n’est plus le Broadcom des deux Henrys

Ceci n’est plus le Broadcom des deux Henrys

Actualités économiques |
Par eeNews Europe



La croissance de Broadcom s’est toujours faite par acquisitions, sous la conduite initiale de Henry Nicholas et Henry Samueli, et plus tard Broadcom a été  acquise à son tour par Avago après une série de scandales. Mais les acquisitions ont toujours été dans le domaine des composants ou de la technologie embarquée.

L’acquistion de CA est beaucoup plus dans le domaine des ordinateurs mainframe et les logiciels et services aux entreprises, et Broadcom est un fournisseur majeur de d’équimement de réseau et de systèmes pour les centres de données. L’accord a égement un aspect de protection après l’ambitieuse offre ratée d’acquisition sur Qualcomm. Ne pas créer un géant de la puce laisse Broadcom vulnérable aux autres acteurs du marché, ce que le PDG Hock Tan ne connaît que trop bien.

«Cette transaction représente un élément important dans la création de l’une des plus importantes sociétés technologiques d’infrastructure au monde», a déclaré M. Tan. «Avec sa base de clients installée importante, CA occupe une position unique sur le marché des logiciels d’infrastructure en expansion et fragmenté. Ses franchises de logiciels d’entreprise s’ajouteront à notre portefeuille d’activités technologiques essentielles. Nous avons pour objevtif de continuer à renforcer ces franchises pour répondre à la demande croissante de solutions logicielles d’infrastructure. »

Mais cet accord souligne également un retour à l’intégration verticale dans l’industrie. Alors qu’Amazon et Apple ont acheté des sociétés de conception de puces, un concepteur de puces achète maintenant un fournisseur de services. À mesure que le coût de la conception et de la fabrication des puces augmente à la géométrie de10 nm et en-dessous, les entreprises cherchent à tirer parti des marges supplémentaires de la chaîne de valeur, ce qui entraîne une intégration verticale. Cet accord marque une évolution significative dans cette tendance pour les sociétés d’électronique.

à suivre: le CEO de CA Technologique est enthousiaste


« Nous sommes ravis d’avoir conclu cet accord définitif avec Broadcom », a déclaré Mike Gregoire, CEO de CA Technologies. « Cette combinaison harmonise notre expertise en logiciels avec le leadership de Broadcom dans l’industrie des semi-conducteurs. »

CA, anciennement Computer Associates, a été fondée par Charles Wang (aucun lien avec le fondateur du fabricant d’ordinateurs Wang Laboratories) et Russell Artzt en 1976 mais a été frappée par une série de scandales comptables en 2007 et après.

  Cette acquisition permettra d’améliorer les marges de Broadcom, comme on pourrait s’y attendre lors d’un accord de logiciel, mais pas tellement. Le groupe combiné aura des marges brutes de 55% après la finalisation à la fin de l’année, par rapport aux marges actuelles de 50%, avec un chiffre d’affaires combiné de 24 milliards de dollars. Cela peut se comparer au chiffre d’affaires actuel de 17 milliards de dollars de Broadcom et aux 22 milliards de dollars de Qualcomm, et ce qui place l’entreprise hors de portée pour de nombreux acheteurs potentiels.

On est loin de la collection de sociétés de conception de puces que les deux Henrys avaient mis sur pied.

www.broadcom.com

La rédaction vous conseille:

Broadcom licencie 1100 employés

Broadcom augmente son offre sur Qualcomm et menace le deal NXP

Qualcomm augmente son offre sur NXP à $44 milliards

Qualcomm rejette l’offre de Broadcom, et prolonge son offre sur NXP

Related stories in English:

Si vous avez apprécié cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à :    ECI sur Google News

Partager:

Articles liés
10s